Comment poser les bonnes questions en coaching ?

Quelles sont les questions les plus puissantes à utiliser quand on est coach ?

Table des matières

🔸 Pourquoi les questions sont-elles cruciales ?

🔸 Le méta modèle de la PNL

🔸 Les 5 pièges de langage

🔸 3 classes de problèmes de langage

🔸 Application pratique

Être coach ne se résume pas à posséder des outils, des techniques ou des protocoles à appliquer sur un sujet donné. Cela consiste surtout à offrir une clarté maximale et des résultats à nos clients grâce à nos questions et à nos incitations à la réflexion approfondie. Lors de notre dernier échange en direct, nous avons abordé divers points essentiels, que tu peux retrouver juste en dessous de la rediffusion vidéo.

Pourquoi les questions sont-elles cruciales ?

Les questions jouent un rôle fondamental en coaching parce qu’elles aident à explorer la pensée et les émotions du client de manière non directive. Le cerveau humain a une prédisposition naturelle à répondre aux questions plutôt qu’à accepter des affirmations, surtout lorsque ces affirmations ne correspondent pas à sa propre perception du monde. 

Chaque individu possède une “carte du monde” unique, façonnée par ses croyances, perceptions et jugements. Sans clarté sur ce que le client veut vraiment, il est difficile pour un coach de le guider efficacement vers ses objectifs.

Le Méta Modèle de la PNL 

Le méta modèle, développé par les fondateurs de la PNL, Richard Bandler et John Grinder, est une méthode structurée pour analyser et clarifier le langage. 

Il est composé de cinq points principaux que l’on doit repérer et questionner dans le discours du client pour gagner en clarté et en précision. Chaque point du méta modèle correspond à un type de piège de langage et à des questions spécifiques pour aider à déverrouiller les perspectives du client.

Les 5 pièges de langage

1. Les obligations : Les obligations souvent exprimées par des termes comme “Il faut”, “Je dois” ou “C’est obligatoire” peuvent masquer des croyances limitantes.

Ces phrases doivent être questionnées pour comprendre si elles représentent une véritable nécessité ou une simple perception.

Par exemple, demander “Pourquoi est-ce obligatoire ?” ou “Qu’est-ce qui se passerait si ce n’était pas fait ?” peut aider à révéler des alternatives et à réduire la pression auto-imposée.

2. L’impersonnel : Utiliser des termes impersonnels comme “On”, “Il”, ou “Elle” peut diluer la responsabilité.

En demandant “De qui parles-tu exactement ?” ou “Qui est responsable ?”, on aide le client à identifier les vrais acteurs impliqués et à assumer sa part de responsabilité.

3. Les généralisations : Les généralisations telles que “Tout”, “Tous”, “Toujours” peuvent conduire à des conclusions erronées et limiter la perception des possibilités. 

En questionnant ces généralisations, par exemple en demandant “Tout le temps ? Vraiment ?” ou “Peux-tu me donner un exemple ?”, on peut aider le client à voir les exceptions et à nuancer son point de vue.

4. Les comparatifs : Les comparatifs sans référence claire comme “Mieux”, “Pire” ou “Moins bien” nécessitent des éclaircissements. 

En demandant “Mieux par rapport à quoi ?” ou “En quoi est-ce pire ?”, on pousse le client à préciser sa pensée et à baser ses jugements sur des critères concrets.

5. Les verbes d’action non spécifiques : Les verbes non spécifiques comme “Faire”, “Aller”, “Voir” manquent de précision. 

En demandant “Comment exactement ?” ou “Par quoi commences-tu ?”, on aide le client à détailler ses intentions et à structurer ses actions de manière plus concrète et réalisable.

3 problèmes de langage

1. Omissions : Les omissions se produisent lorsque des informations cruciales sont omises, que ce soit involontairement ou intentionnellement. Cela inclut le manque d’index référentiel (à qui ou à quoi fait-on référence ?), le manque de comparatif (mieux par rapport à quoi ?), et l’utilisation de verbes non spécifiques (comment exactement ?). En posant des questions spécifiques, on peut combler ces omissions et obtenir une image plus complète.

2. Généralisations : Les généralisations simplifient la réalité en créant des croyances globales qui peuvent être limitantes ou aidantes. Par exemple, croire que “Tous les garagistes sont des escrocs” peut empêcher de trouver un bon professionnel. En questionnant ces généralisations (“Est-ce toujours vrai ?” ou “Peux-tu me donner un exemple où c’était différent ?”), on peut aider le client à voir les nuances et à briser les croyances limitantes.

3. Distorsions : Les distorsions incluent la lecture de pensée (“Je sais ce que tu penses”), les faux cause-effet (“Si X, alors Y”), et les nominalisations (transformer des verbes en noms abstraits comme “liberté” ou “bonheur”). Ces distorsions peuvent être corrigées en posant des questions qui remettent en cause les présomptions du client, comme “Comment sais-tu ce que l’autre pense ?” ou “Quelle est la véritable cause ?”

Application pratique

Pour appliquer ces concepts, il est essentiel de toujours chercher à clarifier les intentions et les objectifs du client. Poser des questions telles que “Où en êtes-vous aujourd’hui ?” ou “Quelles sont les choses que vous n’avez pas encore réussies à obtenir ?” peut aider à établir une base claire de la situation actuelle du client et de ses aspirations.

Utiliser le méta modèle permet de détecter les pièges de langage et de poser les questions appropriées pour chaque point, ce qui améliore la clarté et la précision des échanges.

Pour conclure ici, les questions sont essentielles pour déverrouiller des perspectives et aider les clients à progresser. En intégrant les concepts du méta modèle dans chaque session de coaching, tu peux améliorer la qualité de tes interventions et obtenir des résultats plus pertinents et efficaces. Rappelle-toi de toujours revenir aux bases du questionnement essentiel avant d’appliquer des techniques plus avancées.

Tu veux télécharger ce résumé ? C’est par ici : Comment poser les bonnes questions en coaching ?

Ne rate aucune opportunité d’enrichir tes connaissances en coaching et de progresser dans ta pratique. 

➡️ Rejoins notre communauté privée, hors des réseaux sociaux, gratuitement. 

Tu auras accès à notre catalogue de ressources et de connaissances pour renforcer ta valeur sur le marché et avoir un impact plus significatif sur tes clients.

Pas de publicités intrusives, de contenus hors sujet ou de sollicitations indésirables dans notre groupe. 

Pour créer ton compte gratuit et profiter de toutes nos ressources, c’est par ici :